Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TélescoPages

Un espace dédié à la musique, à la littérature, à la science, à la conscience, et au-delà

Sébastien Bohler - Le bug humain

Je viens de terminer Le bug humain, de Sébastien Bohler et mon niveau de dopamine est au sommet! J’ai eu autant de bonheur à lire ce livre qu’à lire Les identités dangereuses d’Amin Maalouf, un des 5 livres que j’emmènerais sur une île. J’ai carrément envie de vous demander de l’acheter pour qu’on puisse échanger quand vous l’aurez lu à votre tour. Oui, à ce point! Peut-être que j’ai aimé lire ce livre parce qu’il résume ma façon de comprendre la course anthropique et entropique du monde, parce qu’il aboutit aux mêmes constats que je fais. En résumé, la pollution, l’obésité galopante, le boom de la pornographie en ligne, le boom des réseaux sociaux, notre incapacité chronique à réagir face aux enjeux vitaux pour l’espèce humaine qui se présentent déjà, l’omniprésence du capitalisme sauvage, tout cela est la conséquence du fonctionnement de notre cerveau, du système limbique et en particulier du striatum, une petite zone où les neurones sont spécialisés en mécanismes de récompense.

La dopamine, hormone du plaisir, est essentiellement délivrée dans 5 contextes: nourriture, sexe, reconnaissance sociale, en évitant un effort, et acquisition de connaissances qui donnent un avantage compétitif. Le cortex apparu plus tard dans l’évolution que le striatum met toute sa puissance de calcul et d’abstraction au service des 5 objectifs du striatum. Et ce sont les neurosciences qui le disent. Mais ce striatum a un mode de fonctionnement vu et revu en laboratoire : il faut toujours plus pour libérer de la dopamine. C’est cela le bug humain.

Car l’humanité a atteint un niveau d’évolution technologique qui lui permet d’accéder à la satiété dans les 5 contextes. Pour libérer la dopamine, il faut donc encore plus de stimulations, et tout cela se concrétise par des technologies à plus haut débit, à plus de consommation, à plus de sexe virtuel, à des boulimies en tous genres, à plus de tout, tout de suite. Heureusement, le striatum est neuroplastique, c’est-à-dire qu’on peut le reprogrammer. Le meilleur moyen connu et prouvé en laboratoire pour faire contrepoids aux impulsions du striatum est l’application des principes de méditation en pleine conscience à tous les domaines de la vie. Il faut muscler le cortex et conditionner le striatum à produire de la dopamine de façon différente. Prendre du plaisir à prendre conscience de ce que l’on mange et de l’impact positif d’être végétarien. Prendre du plaisir dans la sapiosexualité, ou dans une sexualité vécue dans le respect et l’écoute de l’autre. Prendre du plaisir dans le développement personnel, dans le sport non vécu comme une compétition, dans les activités contemplatives. Prendre du plaisir dans le partage, dans l’échange enrichissant, où le dialogue n’est pas un prétexte à se mesurer aux autres. Prendre du plaisir dans l’acquisition de connaissances et dans le don de soi.

Et pousser tout cela au point d’en faire une boussole jusqu’au niveau politique et un pilier de l’éducation des enfants. Pour ma part, je suis convaincu que c’est possible. Les écoles Montessori et Freinet explorent déjà ces voies avec succès. Les seules critiques que je peux émettre à l’égard de ce livre concernent certaines forces psychiques qui manquent à l’appel. Sébastien Bohler a mis l’accent sur le striatum et la dopamine, ce qui est une approche un peu trop freudienne à mon goût. Il y a d’autres leviers qui ne sont pas mentionnés comme la recherche de sens chère à Frankl, l’individuation de Jung, la recherche de la beauté des esthètes, et la spiritualité, toutes ces approches qui fleurissent dans les ouvrages de développement personnel qui promettent des nirvânas meilleurs que ce que la dopamine a à offrir. Quoi qu’il en soit, j’ai adoré ce livre et j’ai envie de partager mon enthousiasme. Mon striatum vous remercie de m’avoir lu jusqu’au bout.

Sébastien Bohler - Le bug humain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article